Andréa Binsfeld : « L’origine et l’identité des esclaves dans l’empire romain et l’antiquité tardive » (Compte rendu)

Andréa Binsfeld, de l’Université de Luxembourg, a présenté une conférence intitulée « L’origine et l’identité des esclaves dans l’Empire romain et l’Antiquité tardive » le 24 novembre 2016. 

La condition des esclaves durant l’Antiquité soulève de nombreuses problématiques. Si Patterson reprend le principe de « mort sociale », cette idée a soulevé des exceptions. Il est un objet, considéré comme faisant partie du domaine de son propriétaire. Ainsi, un esclave n’a pas le droit de fonder de famille, doit être sexuellement disponible pour le maître. Il n’est même pas considéré comme individu d’après le droit romain.

L’origine des esclaves est variée : prisonniers de guerre, servitude volontaire liée à l’endettement. Leur sort l’est tout autant : tantôt humiliés, tantôt gérant les affaires du maître, leur condition est à nuancer. Si le maître dispose de la Patria potestas qui lui donne le droit de tuer son esclave, il peut aussi le libérer, et ainsi lui permettre d’accéder au statut d’affranchi. Les représentations iconographiques sont révélatrices de cette diversité : inférieurs aux détenteurs de la citoyenneté, ils sont représentés de taille plus petite, leur beauté peut souligner celle de leur maîtresse ou la richesse de leur maison. A contrario les femmes ont parfois le crâne rasé et les hommes portent même des attributs féminins.

Ces exemples témoignent de la difficulté à établir un portrait type de l’esclave dans l’Antiquité, mais il apparaît toujours avec une différenciation, accentuant le contraste avec l’homme libre, faisant de lui un étranger dans les limites mêmes de l’Empire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *